Vous êtes ici : Accueil > Business & Entreprises

Finanperf

D’après Finanperf, un site spécialisé dans les affaires d’entreprise, le premier point à considérer dans le choix du statut juridique est le nombre d’associés. Si l’on décide de procéder seul, il est préférable d’opter pour l’autoentreprise (AE), l’entreprise individuelle (EI), l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ou la société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU). Par contre, avec la présence d’un ou plusieurs associés, on doit impérativement basculer vers une société à responsabilité limitée (SARL), une société par actions simplifiées (SAS), une société anonyme (SA), une société en nom collectif (SNC) ou une société d’exercice libéral (SEL).

Se baser sur le régime fiscal souhaité

Hormis le nombre d’associés, il est également important de tenir compte du régime fiscal souhaité pour la définition du statut juridique de son entreprise. Dans cette optique, il faut évaluer l’envergure de son projet pour déterminer si le chiffre d’affaires peut s’échelonner au-delà de la limite minimum nécessaire pour l’assujettissement à la TVA. Quoi qu’il en soit, le porteur de projet doit avoir quelques notions en fiscalité. Ces dernières vont lui permettre de savoir si l’impôt sur le revenu lui est plus avantageux que l’impôt synthétique ou non.

Visiter le site https://www.finanperf.fr/

Haut de page